Boules énergétiques crues (ou bliss balls) au sésame noir {vegan, sans gluten, sans sucre raffiné}

Comme vous le savez – ou pas – j’ai commencé depuis maintenant plusieurs mois à faire attention à ma consommation, ainsi qu’à ma production de déchets. Dans ce but, j’ai progressivement éliminé les goûters et petits-déjeuners industriels (même si c’était bio, vegan, sans gluten, etc. il fallait voir le suremballage de ces petites gourmandises…). Je me suis alors mise à la recherche de recettes simples, rapides et qui se conservent très bien plusieurs jours (de 1 pour éviter le gaspillage, et de 2 parce qu’on n’a pas forcément envie de cuisiner tous les jours!). Les bliss balls, ou boules énergétiques crues,  m’ont parues être une bonne option pour rassasier une petite faim de façon saine tout en évitant la production de déchets majeurs et le gaspillage alimentaire. (pour aller à fond dans la démarche, je les garde dans un récipient hermétique en verre : à bas le papier d’alu ou le film plastique !) J’avais déjà testé une version fraîche et citronnée ici sur le blog.

Ces petites bombes énergétiques ne contiennent que de bonnes choses (surtout si on les choisit bio) : dattes medjool, amandes entières, cacao cru, graines de chia, purée de sésame et de noix de cajou, sirop d’agave ou encore baies de goji sont les délicieux ingrédients de la recette. Sans parler du topping dans lequel il faut rouler les petites boules : thé vert matcha, graines de sésame complet ou noir, ou bien ce dont vous avez envie ! Je suis partie de la recette de base de Galasblog que j’ai adaptée pour le thème du sésame noir. Même si ces bliss balls paraissent saines, ils ne faut pas trop en abuser car elles sont tout de même caloriques. (même si on pourrait dire que ce sont de « bonnes » calories)

 

La purée de sésame noir m’a été gentiment offerte par la chouette boutique Keimling pour que je puisse tester quelques-uns de leurs délicieux produits. J’avais déjà commandé chez eux et je commande toujours ponctuellement (dès que le stock de certains produits introuvables en vrac vers chez moi : grué de cacao, purées d’oléagineux, baies de goji… est épuisé) et je suis plus que satisfaite de leurs produits. Je ne peux que vous conseiller d’aller craquer pour quelques-unes de leurs saines gourmandises.

img_3950

img_3939

Recette : pour environ 10 boules de + ou – 20g chacune

Ingrédients : 2 dattes medjool (ou 4 petites) – 20 g d’amandes – 40 ml de purée de sésame noir – 40 ml de purée de noix de cajou – 2 c à s de graines de Chia – 2 c  à s de poudre de cacao cru – 2 c à s de sirop d’agave – 1 petite poignée de baies de Goji – de quoi rouler les boules (ici sésame noir, complet et thé vert matcha en poudre)

Préparation :

  1. La veille au soir, faire tremper les dattes et les amandes dans un petit bol d’eau froide. Le lendemain, les égoutter et faire sécher les amandes.
  2. Dans le bol d’un mixeur, réduire les amandes en poudre.
  3. Ajouter les dattes, les purées, les graines de chia, le cacao cru, le sirop d’agave et les baies de goji. Mixer jusqu’à ce que cela forme une boule de pâte.
  4. Prélever environ 20g de pâte et former une boule. Répéter jusqu’à épuisement de la pâte.
  5. Rouler vos boules dans les toppings que vous voulez, j’ai choisi des graines de sésame noir, de sésame complet et du thé matcha en poudre.
  6. Mettre au frais 1h minimum puis déguster. Les boules se conservent très bien plusieurs jours au frigo dans un récipient hermétique.

C’est prêt ! Bon appétit 😉

img_3933bed

Daifuku faits maison (boulettes de mochi fourrées)

J’aime beaucoup me promener dans les étals de magasins exotiques, et tout particulièrement ceux des magasins asiatiques. On y fait de fantastiques découvertes (ou pas en fait, ça dépend !). Dans tous les cas, s’il y a bien une chose pour laquelle j’aime craquer dans le rayon bonbons et gâteaux, c’est pour ce qu’on appelle les « mochis », qui sont en réalité des « daifuku mochis ». Kezako ? Le daifuku est donc un mochi (une pâte faite de riz gluant) rempli en son centre par exemple de pâte de haricots rouges azuki sucrée (ou anko). Il existe de nombreux types de daifuku.

En gros, c’est une boulette de pâte de riz gluant fourrée avec ce qu’on veut. Moi, j’ai décliné la recette traditionnelle avec du beurre de cacahuètes, de la pâte à tartiner, de la noix de coco, du thé vert (matcha), etc. ! Je vous ai quand même donné une recette d’anko, même si je dois vous avouer que c’est assez spécial, tout le monde n’aimera pas cette pâte sucrée de haricots rouges. L’avantage de la recette, c’est qu’elle est facile à faire et en plus elle ne coûte pas grand chose (la farine de riz gluant est à environ 1€ le sachet dans n’importe quelle épicerie exotique).

11707883_947567258639466_5240260341401671341_o

Note : je n’ai pas compté combien faisait une dose de pâte mais je sais qu’à chaque fois je la fais au moins deux fois, sachant que mes mochis sont assez petits. Attention : il vaut mieux faire la recette deux fois de suite plutôt que doubler les doses, ce sera beaucoup plus long sinon !

11794534_947567721972753_3022606979683396489_o

Recette de l’anko :

Ingrédients : 250g d’azuki (haricots rouges), 200g de sucre, 1 pincée de sel

Préparation : Faire tremper les azuki toute la nuit dans de l’eau froide. Filtrer et jeter l’eau. Pour gagner du temps, on peut utiliser des azuki en conserve (épiceries asiatiques), mais c’est un peu moins bon. Mettez-les dans une casserole, et recouvrez d’eau (il doit y avoir 2 à 3 cm d’eau au-dessus). Portez à ébullition, laissez bouillir 5 minutes, et égouttez. Mettez les azuki dans la casserole avec 700 ml d’eau, couvrez, et faites mijoter à feu doux environ 1h jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Rajoutez de l’eau en cours de cuisson si elle vient à manquer. Une fois cuits, ajoutez le sucre, le sel, et laisser l’eau s’évaporer doucement à feu doux jusqu’à obtenir la consistance désirée. Si vous préférez la pâte fine, sans morceaux, vous pouvez la mixer, sinon, mixez-en juste la moitié, ça vous donnera une pâte avec des morceaux ici et là!

Recette des daifuku mochis :

Ingrédients :

  • 100g de farine de riz gluant
  • 50g de sucre en poudre (nous on en avait mis soit 20g soit pas du tout)
  • 150ml d’eau (de source c’est meilleur)
  • Farine de riz
  • Poudre d’amandes
  • Sucre glace
  • Garniture : noix de coco râpée, poudre de thé vert, pâte à tartiner, beurre de cacahuètes…
 Préparation :
  1. Former des petites boules de pâtes de fourrage en mélangeant de la poudre d’amandes et de la noix de coco râpée ou du beurre de cacahuètes, ou de la poudre de thé vert, etc. Il faut que les boules tiennent bien, se façonnent facilement : rajouter autant de poudre d’amandes qu’il faudra. Pour la pâte à la noix de coco ou au thé vert on peut rajouter du sucre glace pour sucrer plus. Les réserver au frigo.
  2. Dans un saladier, mélanger le sucre et la farine de riz gluant, puis l’eau.
  3. Placer le mélange 30 sec au micro-ondes, sortez et mélangez, puis remettre par tranche de 30 secs au micro-ondes jusqu’à obtenir une pâte pas trop collante et flexible.
  4. Etaler de la farine de riz sur un plan de travail, prélever un peu de pâte à mochis (attention, elle est chaude !), l’aplatir une fois dans la farine, retourner la pâte et réaplatir l’autre côté (cela la rendra plate tout en évitant qu’elle ne colle aux doigts).
  5. Etirer délicatement la pâte, y mettre une boule de fourrage, refermer le mochi et le rouler dans le creux de sa main.
Et voilà c’est prêt à être dégusté ! Attention, les daifukus sont meilleurs consommés le jour même. On peut les conserver au frais 1 ou 2 jours mais la pâte de riz durcie.
Bon appétit ! 🙂
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Différentes boulettes de fourrage!